Nouvelles

Nouvelles

Suzanne Houle : Chez Visavie, les résidences pour personnes âgées ; c'est notre expertise!

Suzanne Houle : Chez Visavie, les résidences pour personnes âgées ; c'est notre expertise!

Le cœur du métier de Visavie consiste à aider les aînés à trouver la bonne résidence pour personnes âgées. Aujourd’hui, notre Directeur Général, Alain Thibaudeau, s’entretient avec Suzanne Houle, Directrice Régionale, Expérience Client dans la région de Québec chez Visavie.

Suzanne nous parle du rôle de conseillère en résidence pour retraités, des défis que ce travail représente et du bonheur qu’elle et son équipe éprouvent à aider les personnes âgées à trouver un milieu de vie qui leur convient.

Alain - Bonjour, Suzanne, pourriez-vous vous présenter rapidement?

Suzanne - Certainement, je suis chez Visavie depuis bientôt trois ans. J'ai débuté comme conseillère en hébergement et en septembre 2018, j'ai obtenu le poste de directrice régionale et expérience client pour la région de Québec.

Concrètement, ça veut dire que j'oriente les conseillères de mon équipe à redoubler d’ardeur. Notre but, c’est évidemment d’offrir un service professionnel. Donc, je veille à ce que les relations avec nos clients soient toujours à la hauteur des standards de Visavie.

Auparavant, j’ai travaillé dans le milieu de la santé ; j'étais chiropraticienne. Cette expérience me permet d'avoir un aspect relationnel et humain qui est inhérent au travail qu'on doit faire comme conseillère en résidence pour retraités.

Alain - Quelles sont les principales qualités d'une conseillère en résidences pour personnes âgées?

Suzanne - Moi, je dirais en tout premier lieu que c'est l'écoute et la connaissance des résidences pour retraités mais aussi, bien positionner les attentes et notre rôle. Parce que bien sûr, le rôle d'une conseillère, c'est de trouver la bonne résidence pour l'aîné.

Cependant, c'est aussi de bien connaître nos limites. Nous ne sommes pas des travailleuses sociales, nous ne sommes pas des infirmières. Nous ne sommes pas là pour donner un diagnostic sur une condition, mais nous nous entourons des bonnes personnes. Et c'est important ; chez Visavie nous savons bien nous entourer. Savoir être bien entouré, c'est l'une des qualités d'une conseillère en résidence.

Avoir le sens de l'écoute, le sens de l'urgence et être en mesure de décortiquer si la demande est urgente ou si l'aîné que l'on a devant nous nécessite que l'on agisse rapidement. Savoir prioriser selon les besoins de la personne est aussi une qualité que les conseillères doivent avoir ou du moins doivent acquérir.

Alain - Qu'est-ce qui vous passionne dans votre métier?

Suzanne - Je dirais que c'est de voir la lumière ressurgir dans les yeux de la personne âgée et de sa famille lorsque la relation de confiance s'établit. C'est à ce moment que la personne âgée voit bien qu'elle va atteindre l'objectif qu'elle s'était fixé. Au final, les personnes que nous accompagnons sauvent énormément de temps et beaucoup de stress.

Vous savez, trouver la bonne maison de retraite, ce n'est pas facile. Comme conseillère en résidence pour aîné, c’est ce qu'on fait de nos journées. Nous aidons à relocaliser les personnes âgées en résidence.

Pour les personnes que nous aidons, cette période de leur vie est chargée d'émotion et d'embûches. Nos clients comprennent qu'à travers cette démarche, nous sommes en mode solution.

Par contre, nous restons toujours concentrés sur l'objectif principal et les besoins particuliers de la personne âgée qui nous est confiée. Au final, nous sélectionnons des résidences où nous serions confiants que nos propres parents y seraient heureux.

Alain – Pour la personne âgée, est-ce difficile de trouver la bonne résidence?

Suzanne - Bonne question. Chez Visavie, nous avons évalué le temps que demande cette recherche. Si la famille et l'aîné font les démarches de A à Z, sans l'aide d'une conseillère en résidence, c'est environ 137 heures de leur temps qui sera consacré à cette tâche.

Vous devez faire les recherches, les appels, prendre les rendez-vous, organiser les visites, faire la liste des points positifs et négatifs de chacune des résidences et faire un choix. De plus, tout ce temps de recherche et de démarches ne garantit pas qu’au final, ils trouveront la bonne résidence.

De plus, la famille et les parents pensent souvent aux besoins à très court terme ; ils oublient de se positionner dans l'évolution des besoins de l'aîné. Donc, il y a bien sûr un risque d'erreur plus grand. Lorsqu'il y a un accompagnement avec une conseillère, le travail demandera environ 10 heures.

Vous comprenez que comme nous connaissons déjà les résidences pour personnes âgées, le processus est beaucoup plus court. Nous concentrons nos efforts sur les besoins non seulement immédiats de la personne, mais aussi sur ses besoins à long terme.

Par exemple, si l'état de santé de la personne que nous accompagnons est trop près de la limite de l'offre de service de la résidence sélectionnée, nous éliminerons cette résidence sur-le-champ. Alors qu’une famille sans l’appui d'un conseiller en résidence n’est pas alertée que cette résidence n'offre pas un niveau de service suffisant pour y maintenir sa mère ou son père à long terme.

Notre constat sera de dire : “Non, ce n'est pas la bonne résidence, comme votre parent a commencé un déclin qui fait en sorte que oui, aujourd'hui la résidence convient, mais déjà dans six mois ou un an, votre parent devra déménager à nouveau.” Consulter une conseillère est la clé de ce processus.

Alain - Quel type de clientèle avez-vous? Est-ce surtout des personnes autonomes ou semi-autonomes?

Suzanne - La clientèle type chez Visavie en termes d'âge moyen est d'environ 80 ans. Il y a trois types de résidences pour personnes âgées. Les résidences pour retraités autonomes, pour retraités semi-autonomes et pour retraités non autonomes. Les résidences privées couvrent ces trois catégories de résidences pour aînés.

La majorité des personnes âgées que nous aidons iront dans des résidences semi-autonomes. Ce sont des personnes qui commencent à avoir une perte d'autonomie physique ou cognitive.

Alain – Parlez-nous de l'offre de résidences dans la région de Québec.

Suzanne - En fait, la région de Québec de par sa topographie et sa géographie, est gâtée, parce qu’on a des vues sur le fleuve qui sont magnifiques. À Québec, on a cette chance d'habiter l'une des plus belles régions du Québec.

Cela fait en sorte qu'on peut combler le désir d'une personne âgée de retrouver son fleuve qu’il a toujours vu depuis chez lui. Donc, si ce cadre de vie se trouve dans les critères non négociables de cette personne, c'est sûr qu'il y a des résidences qui offrent ces possibilités.

Tout comme il y a des résidences qui permettent d'être en plein cœur de la ville. Que ce soit près de la rue Cartier ou adossé aux plaines d'Abraham. De plus, les nouvelles résidences de retraités démystifient la pensée populaire que « lorsque tu vas en résidence, tu vas dans un "foyer" comme il y a 25 ans ».

Aujourd'hui, la vie dans une résidence pour personnes âgées autonomes est similaire à celle que l'on retrouve sur des bateaux de croisière. Il y a de tout pour tous les goûts. On y retrouve du golf virtuel, de superbes salles à manger décorées avec goût et soin.

Il y a de belles résidences et ce, sur les rives Sud et Nord de Québec. N'oubliez pas que le fleuve est partout à Québec. Notre territoire va de la Côte-de-Beaupré et du Mont Saint-Anne jusqu'à Donnacona, Pont-Rouge, Lévis et Charlesbourg.

Alain - Quelle relation avez-vous avec le réseau de la santé et des services sociaux?

Suzanne - Je dirais qu'on a une bonne relation et qu’elle se développe de plus en plus. En fait, l'un des rôles de conseiller est de tisser des liens avec le réseau de la santé et des services sociaux. Je dirais que je dois parler à une travailleuse sociale, une infirmière de liaison au moins trois fois par semaine. Certaines semaines, je suis en contact avec des professionnels du réseau de la santé tous les jours.

Lorsque, votre mère est hospitalisée et occupe un lit à l'hôpital, la travailleuse sociale va presque d'emblée recommander les services de Visavie pour aider à relocaliser votre maman qui ne peut plus retourner à la maison.

Donc, oui, nous travaillons très fort pour donner des pistes de solutions aux personnes qui doivent être relocalisées dans une résidence et qui ne peuvent plus retourner à la maison. Nous entretenons un lien constant avec les personnes âgées et leur famille.

Alain - Est-ce qu’il existe des crédits d'impôt d'aide financière qui sont offerts aux personnes âgées?

Suzanne – Oui. En fait, c'est le concept le plus obscur et le plus abstrait lorsque nous le présentons aux familles et aux aînés, mais c'est quelque chose de relativement simple. Alors, il s’agit d’un crédit d'impôt remboursable mensuellement.

On l'appelle le crédit d'impôt de maintien à domicile. C'est le mot domicile qui vient mêler les choses parce que le domicile, ça devient la résidence. Alors dès que la personne entre en résidence, Revenu Québec nous dit « Parfait vous êtes en résidence, nous allons vous donner un pourcentage sur le gîte selon votre revenu familial ».

Lorsque la personne prend des services à la résidence, comme par exemple des repas, des services d'entretien ménager, des services de soins personnels ou des soins infirmiers ; alors Revenu Québec dit « Parfait, vous utilisez les services et donc nous vous accordons un crédit d'impôt remboursable mensuellement pour ces services ».

Ce qui signifie que le montant au bail correspond au montant brut ; une fois que l'on soustrait le crédit d'impôt mensuel, le montant net sera inférieur à celui du bail. Bref, c'est un beau cadeau du Gouvernement.

Alain - Pourquoi devrait-on avoir recours à une conseillère de Visavie?

Suzanne - Visavie est une entreprise qui a été fondée il y a plus de 30 ans. Depuis trois décennies, nous accompagnons les aînés à se relocaliser dans des résidences privées, ce qui nous confère bien sûr une grande expertise parce nous avons eu une multitude de cas, parfois assez complexes. Vous savez, nous connaissons très bien les personnes âgées et leurs besoins.

Je me mets dans la tête d'une femme de 50 ans qui a un travail et des enfants et dont la maman a reçu un diagnostic de troubles cognitifs et qui ne peut donc plus rester à la maison. Vous vous imaginez bien que cette femme n'a probablement pas 137 heures à consacrer à chercher une résidence.

Pour moi le choix est clair. Le service de Visavie est gratuit et nous enlevons tout le stress de la recherche d’une résidence évolutive, nous assurant que ce nouveau milieu de vie conviendra pour plusieurs années.

Contactez-nous
Pour une consultation gratuite à votre demeure

Contactez-nous
Pour une consultation gratuite à votre demeure.

Contactez-nous