Visavie est une compagnie de Spectrum Health Care

Maladie de Parkinson : démystifier les signes précoces et son évolution



Touchant environ 1% de la population âgée de 65 ans et plus, et près de 10% des aînés après l’âge de 80 ans, il est juste de dire que la maladie de Parkinson représente un problème de santé fréquent, et méritant toute notre attention. Dans le but de vous aider à mieux comprendre cette condition, nous vous présentons ici divers aspects de la maladie de Parkinson afin de mieux démystifier les signes précoces et son évolution, tout en abordant les approches et les solutions à privilégier. 

Bien comprendre la maladie de Parkinson

Afin de mieux agir, il est d’abord important de tenter de mieux comprendre ce qu’est réellement la maladie de Parkinson, ainsi que ses implications sur le quotidien des aînés qui en sont atteints.

Définition : qu’est-ce que le Parkinson ?

Définie comme une maladie neurodégénérative du système nerveux central (SNC), les conséquences de la maladie de Parkinson apparaissent suite à la destruction progressive de neurones dans certaines régions spécifiques du cerveau et plus précisément dans la substance noire.

En raison de la perte de ces neurones, on observe chez les personnes atteintes une diminution de la production de dopamine (hormone essentielle à notre quotidien), causant ainsi l’apparition des premiers signes et symptômes observables.

Signes et symptômes de la maladie de Parkinson

Puisque le diagnostic de cette maladie repose principalement sur la reconnaissance des symptômes du Parkinson, nous croyons qu’il est pertinent d’y être bien sensibilisé. Ainsi, si vous ou un proche âgé de votre entourage démontrez l’un de ces signes, il est conseillé de consulter un médecin afin de creuser la question. Parmi l’ensemble des symptômes associés à la maladie de Parkinson, on peut observer qu’ils touchent principalement le système moteur :

  1. Tremblements : Involontaires, les tremblements caractéristiques du Parkinson apparaissent principalement au repos. Le plus souvent, il est possible de voir qu’un seul côté du corps est touché. Même si plusieurs régions peuvent être atteintes, les doigts et les mains sont généralement affectés de manière précoce (tremblement du pouce par exemple).
    Puisqu’il s’agit du s’agit sans doute du symptôme le plus visible de l’extérieur, il est nécessaire d’y porter une attention particulière auprès des gens de votre entourage.
  2. Rigidité musculaire : Se définissant par une raideur excessive de certains muscles, la rigidité figure parmi les signes les plus fréquents de la maladie de Parkinson. En plus d’être la cause possible de douleurs (cou, dos, épaules, etc.), les contractions musculaires peuvent entraîner d’autres conséquences secondaires telles qu’un changement dans la posture, une plus grande fatigue généralisée, une altération de l’expression du visage, ou même une difficulté à exécuter des tâches simples du quotidien comme s’habiller ou tenir ses ustensiles en mangeant par exemple.
  3. Lenteur des mouvements : Aussi connu sous le terme médical bradykinésie, ce symptôme moteur figure aussi sur la liste des signes précoces du Parkinson. De manière plus concrète, les conséquences affectent la coordination ainsi que la précision des mouvements (dextérité fine diminuée).

En dehors de ces trois symptômes moteurs caractéristiques, il faut tout de même savoir que la maladie de Parkinson peut aussi causer d’autres types de problèmes.  Ces symptômes non-moteurs sont d’ailleurs souvent plus difficiles à identifier. La dépression, l’anxiété, les troubles du sommeil, l’incontinence, les problèmes de vision, la perte d’odorat, représentent ainsi quelques exemples concrets de signes à surveiller pour la maladie de Parkinson.

Comprendre l’évolution de la maladie

Puisqu’il s’agit d’une condition dégénérative, la maladie de Parkinson est donc une maladie reconnue pour la progression de ses symptômes à travers le temps. Même si l’évolution est grandement variable d’une personne à l’autre, et qu’il est difficile de la prévoir à l’avance, différentes échelles existent afin d’aider les professionnels de la santé à catégoriser les stades de la maladie.

L’échelle de Hoehn & Yahr, par exemple, subdivise la maladie de Parkinson en cinq stades, basés principalement sur les symptômes et les limitations fonctionnelles :

Stade I : Symptômes légers, visibles sur un seul côté du corps et n’affectant pas les tâches quotidiennes de manière importante. Les premiers signes à ce stade sont plus souvent les tremblements et les troubles du mouvement.

Stade II : Progression des symptômes, auxquels s’ajoutent généralement la rigidité musculaire, entraînant donc un certain niveau de limitation dans la vie de tous les jours. À ce stade, la personne atteinte reste néanmoins autonome malgré certaines difficultés.

Stade III : Marqué par une aggravation des symptômes moteurs, l’exécution des activités quotidiennes peut alors devenir plus ardue. Touchant parfois les deux côtés du corps (atteinte bilatérale), la posture et la démarche peuvent être affectées, allant même à une plus grande fréquence des chutes.

➜ Les aînés vivant avec la maladie de Parkinson de stade 3 doivent donc être particulièrement vigilants afin de prévenir au mieux ce risque accru de chutes.

Même s’il est possible pour certains(es) de continuer de vivre seul(e) à la maison, les soins à domicile peuvent alors s’avérer d’une aide très précieuse.

Stade IV : Au quatrième stade de la maladie, selon cette échelle, les personnes atteintes souffrent de symptômes prédominants au quotidien, amenant des limitations fonctionnelles importantes. La marche est encore possible mais nécessite souvent une certaine assistance comme l’utilisation d’un déambulateur ou d’une canne.

➜ Lorsque le Parkinson a progressé à ce stade, il devient généralement impossible de rester seul à la maison. Pour une personne âgée souffrant de cette maladie, la transition en résidence pour aînés devient alors une solution à envisager.

Stade V : Au stade le plus avancé, selon cette même échelle de classement, la progression de la rigidité atteint un niveau empêchant la marche et causant une perte d’autonomie importante. Des soins continus sont alors nécessaires afin d’accompagner ces personnes à travers leur quotidien.

Vous aimeriez en apprendre davantage sur l’évolution de la maladie ainsi que sur une autre manière de la classifier ?

Démystifier les croyances entourant la maladie de Parkinson

Même si nous avons tous et toutes déjà entendu parler de la maladie de Parkinson à plusieurs reprises, il existe tout de même encore plusieurs croyances en lien avec ce trouble neurodégénératif.  Voyons ensemble quelques aspects qu’il importe de démystifier dans le but de mieux comprendre cette condition.

Parkinson ou Alzheimer ?

Puisqu’elles représentent les deux maladies neurodégénératives les plus fréquemment rencontrées dans la population, une confusion règne parfois, pour certains, entre les caractéristiques du Parkinson et de la maladie d’Alzheimer. À travers les nombreuses différences entre ces deux conditions, on peut essentiellement retenir que l’Alzheimer affecte en priorité les fonctions cognitives, alors que le Parkinson touche surtout les capacités motrices et fonctionnelles de la personne.

Syndrome parkinsonien ou maladie de Parkinson ?

Même s’ils sont le plus souvent en association, le syndrome parkinsonien et la maladie de Parkinson représentent deux entités méritant d’être différenciées.

Par définition, le syndrome parkinsonien est le nom donné à l’ensemble des symptômes relatifs à la maladie de Parkinson comme les tremblements, la lenteur des mouvements et la rigidité. La nuance à établir est que ces symptômes peuvent parfois cependant exister en combinaison avec d’autres maladies, sans obligatoirement avoir reçu un diagnostic médical de Parkinson. Dans de telles circonstances, il sera alors uniquement question d’un syndrome parkinsonien.

VRAI ou FAUX : les symptômes du Parkinson apparaissent uniquement sur le plan physique ?

Bien que la maladie de Parkinson soit caractérisée par une prédominance des symptômes physiques (moteurs), l’évolution de la condition peut aussi mener à de nombreux signes et symptômes non-moteurs tels que la dépression, l’anxiété, ou même jusqu’à l’apparition de problèmes cognitifs (démence), d’hallucinations ou de troubles comportementaux.

Maladie de Parkinson chez les aînés : pour une prise en charge globale

Lorsque vous, ou un proche âgé de votre entourage, êtes confronté à un diagnostic de Parkinson, il est tout à fait naturel de chercher à obtenir un maximum de réponses afin de trouver les meilleures approches de gestion de cette maladie. Même s’il existe plusieurs solutions possibles, selon la gravité des symptômes, la meilleure approche consiste sans doute à une prise en charge globale de la situation, comprenant notamment :

  • Traitements médicaux et médication (levodopa / carbidopa, agonistes de la dopamine, amantadine, etc.), prescrits et utilisés selon les recommandations du médecin traitant, du neurologue, ou de l’équipe médicale en charge ;
  • Approche multidisciplinaire impliquant, par exemple, l’intervention d’ergothérapeutes, de nutritionnistes, ainsi que de physiothérapeutes pour aider les aînés vivant avec la maladie de Parkinson ;
  • Aménager le milieu de vie de la personne âgée afin de le rendre plus sécuritaire, et faciliter son quotidien ;
  • Adapter ses tâches dans la vie de tous les jours, en encourageant tout de même le maintien d’un niveau suffisant d’activité physique et d’exercice ;
  • Profiter de l’accès aux services d’aide à domicile afin de rester pleinement autonome dans le confort de sa maison ;
  • Considérer, selon la progression de la maladie, le déménagement dans une résidence pour personnes âgées qui permettra de continuer d’évoluer dans un environnement confortable, agréable et répondant pleinement à ses besoins.

Vous aimeriez en savoir plus sur la maladie de Parkinson ? Vous souhaitez continuer à démystifier encore davantage les signes et l’évolution de cette condition chez les aînés ?

Grâce à leur expertise et leurs grandes qualités humaines, les conseillers(ères) de Visavie sont en mesure de vous donner des conseils personnalisés, en plus de vous accompagner avec le plus grand respect dans ces étapes importantes de votre vie.


N’hésitez donc pas à les contacter en cliquant ici pour profiter d’un service attentionné, à l’écoute de vos besoins !





Articles sur le même sujet

Maladies liées au vieillissement : des ressources à votre portée


Saviez-vous que le Canada comptait tout près de 10 000 personnes centenaires selon les derniers recensements ? Bien que la majorité des aînés se considèrent, dans l’ensemble, plutôt heureux et en bonne santé, il n’en demeure pas moins que le vieillissement de la population implique aussi une nouvelle réalité. Avec l’âge, les facteurs de risque…

Lire la suite Flèche
400-maladie-a-corps-de-lewy-Visavie

La maladie à corps de Lewy


Connaissez-vous la maladie à corps de Lewy ? Aussi connue sous le nom de démence à corps de Lewy, cette maladie neurodégénérative est une des plus fréquentes, se plaçant tout de suite après la maladie d’Alzheimer.

Lire la suite Flèche